Le Blog

Alexandre Pittin fait partie de ces alpinistes méconnus du grand public mais qui, de part ses connaissances et sa technique, côtoie et accompagne ceux qui rythment le monde de la glisse par leurs exploits et leurs vidéos, à commencer par nos deux ambassadeurs Xavier De Le Rue et Aurélien Ducroz. Il a ainsi récemment réalisé une véritable performance sur laquelle il revient pour vous.

Crosscall : Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Alexandre Pittin : « Lorsqu’on me demande de me présenter, la première chose qui me vient à l’esprit c’est : « passionné de montagne ».  J’ai passé beaucoup de temps dans ce milieu car je viens du monde du ski de compétition avec quinze années passées en équipe de France. J’ai ensuite changé de cap en me lançant dans l’alpinisme et le ski de pente raide.

Le principe est simple : descendre à ski des faces normalement réservées aux alpinistes. Pour m’adonner à cette passion, la station de Chamonix est celle où j’ai mes repères mais cette année, c’est le parc des Écrins qui a été mon terrain de jeu. C’est un massif extraordinaire !

Pour continuer à évoluer dans cet environnement, je suis une formation d’aspirant guide qui me permettra de devenir guide de haute montagne après l’obtention de mon diplôme. »

Tu as récemment affronté le glacier du Nant Blanc, peux-tu nous en dire plus ?
« Le Nant Blanc évoque une descente assez connue de tous les passionnés de ski extrême. Située sur la face nord de l’Aiguille verte dans le massif du Mont-Blanc, elle est incontournable. Mais avec ses 900 mètres de haut, il fallait être bien entrainé ! Et nos sorties sur la voie Mallory avec Tony Lamiche, Xavier De Le Rue et Aurélien Ducroz, m’avaient bien preparé.

Lors de l’ascension tout s’est bien déroulé mais nous avons eu quelques difficultés pour la descente. La complexité résidait dans le fait que nous n’étions pas arrivés par la face par laquelle nous allions redescendre. Nous avons donc tout fait à vu !

De cette belle journée, nous avons bien entendu conservé d’excellents souvenirs immortalisés avec mon nouveau TREKKER-M1 ! »

(Plus sur cette descente du Nant Blanc sur escalade/pro, Montagnes-magazine.com, Skipass.com).

Xavier et toi étaient de retour dans la pente ces derniers jours Quel a été votre programme pour ces dernières sorties qui annoncent la fin de la saison?
« Il y a quelques jours, Tony Lamiche, encore lui, et moi-même avons décidé d’emmener Xavier sur la face nord de l’Aiguille. On n’avait pas spécialement préparé d’itinéraire mais quand on est arrivé en haut, nous avons découverts de super voies et on s’est dit que ça allait être bon !

On s’est donc retrouvé à faire, pour ma part, la répétition d’une voie jamais refaite depuis son ouverture en 1977 et pour Xavier, celle de l’itinéraire ouvert par Alain Moroni en 1993.

Ma voie était plutôt compliquée avec 1000 mètres de hauteur et une côte de 5.5E4 qui est la côte la plus élevée ! Les conditions d’enneigement étaient évidemment différentes de celles de l’époque. Il a donc fallu faire beaucoup de rappel.

Et pour la petite anecdote, Xavier est toujours heureux de venir avec nous. Il se demande souvent où il va finir et là, il n’a pas été déçu : on a fait tout le rappel avec un seul brin de 60 mètres, autant vous dire que c’était long ! »

Pourquoi as-tu souhaité t’équiper d’un CROSSCALL ?
« Un seul mot : le froid ! Aucun de mes anciens téléphones n’a su résister aux températures extrêmes auxquelles nous sommes confronté lors d’une ascension. Tout naturellement, Xavier m’a conseillé le TREKKER-M1 et je ne regrette pas mon choix. En plus de sa résistance au froid, son autonomie est un bel avantage lorsque l’on est en montagne. »

 

Suivez les aventures d’Alex Pittin sur Facebook ou Instagram

 



 

Copyright © CROSSCALL 2017. Tous droits réservés