« On a testé le TREKKER-M1 grandeur nature »

Interview

Cédric PUGIN

Moniteur de ski hors-pistes, ancien compétiteur en freeride et derby, Cédric Pugin est un mordu de glisse. Très vite, il prend la direction du ski de pentes raides pour être « toujours plus rapide et plus engagé ». En avril dernier, il part en Norvège avec ses deux amis et athlètes de renom dans le monde du ski de pentes raides : Vivian Bruchez et Jeremy Janody. Ils reviennent avec « Skyfjord », un film de ski… et de morue, présenté en avant-première au dernier High Five Festival.

L’interview

Peux-tu nous présenter « Skyfjord » ?

Avec Jeremy et Vivian, nous sommes partis 10 jours en quasi-autonomie dans le Finnmark en Norvège. Le but était de skier des couloirs peu connus, de découvrir des lieux sauvages peu fréquentés et de partager nos expériences entre skieurs. On a croisé une seule personne sur les faces en 10 jours de voyage! Et parfois, on a même dû troquer les skis par des kayaks pour rejoindre les montagnes.

Comment as-tu utilisé ton smartphone pendant ce trip norvégien ?

J’avais la chance d’être équipé d’un TREKKER-M1 que j’ai testé grandeur nature. Il nous servait avant tout à repérer les lignes et à retracer nos itinéraires en prenant les faces en photo car nous n’avions pas de topos.

On l’utilisait comme GPS avec l’application Orux Map qui est assez simple, gratuite et précise grâce à ses cartes au 1:50 000. En plus, elle enregistre des mises à jour toutes les 10 minutes ce qui te permet de savoir si tu es dans le bon couloir ! Et comme on n’avait pas de carte papier, la taille de l’écran était vraiment agréable pour lire les cartes.

On vérifiait souvent la météo en recoupant plusieurs applications dont Météociel et YR pour la Norvège. Je travaille beaucoup avec celle-ci, même en France, car elle envoie des mises à jour toutes les heures.

En économisant la batterie, on arrivait à tenir 3 jours. Les sources d’énergie sont rares dans le Finnmark, surtout quand tu vis en tente pendant 10 jours. Et avec des températures entre -10 et -15°C, il ne s’éteignait pas, ce qui est rassurant si tu dois appeler les secours.

Avoir un téléphone étanche est aussi très pratique. J’ai fait du kayak avec mon téléphone autour du cou sans m’en préoccuper. Quand on skie, on a toujours de la neige dans la combinaison ou le sac à dos. On n’a plus besoin de faire attention et c’est génial !

Quels sont tes prochains projets ?

On prend les mêmes et on recommence ! On prévoit de partir avec Jeremy et Vivian en Suède cette fois-ci et en chiens de traineau. Pendant 10 jours, on ne verra pas une seule prise électrique, donc l’autonomie sera essentielle pendant ce voyage.

En décembre, je prévois de faire Briançon – Nice en ski de randonnée, soit 130 km, ce qui me donnera encore l’occasion de mettre mon TREKKER-M1 à rudes épreuves.

Part 4

Part 3

Part 2

Part 1

En images

équipement utilisé

vous aimerez aussi :

Dans le TREKKER-X3 de Jordi Tosas

Qu’il y a t-il dans le smartphone de Jordi Tosas? Le plus jeune guide de Chamonix dans les années 90 nous dévoile les apps qu’il utilise avec son TREKKER-X3.

Dans le TREKKER-M1 d’Edouard Delpero

Qu’il y a t-il dans le smartphone d’un pro surfer ? Édouard Delpero, multiple champion de France de Longboard nous livre toutes ses apps préférées.



 

Copyright © CROSSCALL 2017. Tous droits réservés