« Le grand avantage du TREKKER-M1, c’est sa batterie »

Interview

Mountains Legacy

Les Mountains Legacy, ce sont 3 frères de courses: Jordan et Cédric Manoukian, et Florent Andréani. A la fois athlètes et vidéastes, ils partagent leur passion pour l’outdoor depuis leur plus jeune âge, un passion qu’ils vivent à présent à travers l’alpine running, un mélange entre l’escalade et le trail running. Leur « kiff »: courir sur des arêtes vertigineuses, objectif principal de leur trip en Islande l’été dernier. Partis avec le réalisateur JC Pieri, ils reviennent avec un film à couper le souffle : « Iceland – Change your Life ». Leur TREKKER-M1 faisait évidemment partie du voyage. Ils nous racontent comment ils l’ont utilisé sur le tournage mais aussi au quotidien. Rencontre avec ces « chasseurs d’arêtes ».

L’interview

Quel message voulez-vous passer à travers votre film : « Iceland – Change Your Life » ?

On voulait dire à ceux qui regardent le film « si vous avez un rêve : allez-y ! Faites-le à fond ! Changez votre vie pour vivre votre rêve et donnez-vous les moyens ». C’est une philosophie de vie que l’on a toujours suivi. Nous sommes juste des gens ordinaires qui essayons de faire ce que l’on aime. On prend du fun en partant en montagne entre amis sans forcément être dans l’extrême, mais tout de même bien entraîné. Et aujourd’hui, notre but est de vivre de notre passion en lançant notre agence de production vidéo car on adore être derrière la caméra.

Comment avez-vous utilisé votre TREKKER-M1 durant le tournage et quels sont ses atouts lors de vos sorties en trail running ? 

Le grand avantage du TREKKER-M1 c’est sa batterie. En Islande, on a tourné dans des paysages reculés et sauvages avec souvent aucune possibilité de recharger les appareils de tournage. On savait que le TREKKER-M1 pouvait tenir plusieurs jours. On a eu aussi beaucoup de pluie alors c’était pratique d’avoir un téléphone étanche pour communiquer sans s’en préoccuper. Quand on trouvait du réseau, on l’utilisait en partage de connexion pour partager nos photos sur les réseaux sociaux.

On l’utilise aussi principalement lors de sorties longues en montagne. On a enfin un téléphone qui résiste aux températures extrêmes et ne s’éteint pas en haute montagne ! En cas de problème, on pourra appeler les secours sans crainte de tomber en rade et en refuge on peut maintenant écouter de la musique !

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous pour commencer l’alpine running ?

S’entraîner, répéter et être humble face à la montagne. Il faut avoir le recul d’un montagnard et d’un coureur. On dit souvent « si tu n’as pas le pied sûr, n’y va pas ». Il faut être attentif à ce que l’on fait tout en élevant petit à petit le niveau pour devenir bon dans sa pratique et prendre toujours plus de plaisir.

Quels sont vos prochains projets ?

En avril, on part rallier Marseille à Erevan en Arménie en suivant avec notre caméra l’alpiniste hors-pair Ara Katchadourian qui a, entre autre, gravi l’Everest cet été. On traversera plus de 15 pays soit 5000 kilomètres en moins de 100 jours. Et on prendra, bien entendu, nos Crosscall avec nous !

Crédit photo: Gabriel Ernst / JC Pieri Visual

En images

équipement utilisé

vous aimerez aussi :

Dans le TREKKER-X3 de Jordi Tosas

Qu’il y a t-il dans le smartphone de Jordi Tosas? Le plus jeune guide de Chamonix dans les années 90 nous dévoile les apps qu’il utilise avec son TREKKER-X3.



 

Copyright © CROSSCALL 2017. Tous droits réservés